04/08/2007

Du secret

Ce secret m’est cher. Il me coûte des heures devant le miroir. Je jouis de l’exclusivité de l’information, je le contemple sous tous ses angles, je lui accorde une attention démesurée et avec cette insolente lenteur qui m’est caractéristique je teste sa fragilité. Je lui offre d’être l’objet  d’absurdes expériences, dans une quête qui cette fois se veut minutieuse et titanesque car mon œuvre est évidemment cosmique. Alors pourquoi pas lui...ce secret en apparence banal pourrait devenir un secret éternel. J’ai essayé de le tuer dans l’œuf mais il a été plus fort, il s’est caché dans des recoins inattendus et a pris des forces.

Parfois l’envie de me dénuder me prend en otage, je me sens transpirer par tous les pores sous mon armure. Je veux expulser l’animal qui réclame son heure de gloire. Alors je me maintiens recroquevillée sur mon précieux en lui soufflant que son cousin a été tué ainsi, par Ridicule. L’observateur curieux finit par détourner son attention de mon apparent mutisme, si irritant en fin de compte. Mon secret se tient de lui-même en parfait équilibre sur mon point d’extase et de mystère, dans le point le plus creux de la paume de ma main, il exerce une pression telle que si l’on me regardait aujourd’hui on constaterait facilement à vue d’œil que je penche à gauche.

Il ne saurait être victime d’une érosion quelconque, je l’ai enfoui avec le désir qu’on vienne le chercher très profondément. C’est dans cet espoir que je le nourris, comme une dinde, espérant qu’à la Noël je puisse le sacrifier et le partager.

 

Les Grands Mystères et les petits mystères se transforment malheureusement trop vite en frustrations.

06:55 Écrit par La Baleine dans Lune | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

en secret
je compte sur mes doigts
les instants de près
pas faits exprès

Écrit par : N | 05/08/2007

Les commentaires sont fermés.