31/07/2007

Abandon

Je confonds ma droite et ma gauche, je suis au centre d’un cercle qui devient un cône et je m’effondre en l’exact centre. Mes bras élastiques se rejoignent pour se saluer entre mes deux omoplates. Mon cerveau vibre dans la boîte, je suis invitée au sommeil, à l’implosion, vaine est l’apesanteur, j’ai drainé les tâches d’ombre.

Le prince d’airain se coince, se débat, on ne le calmera plus. Je suis exactement là.

Mes mains dansent pour célébrer l’union pourtant tout autour le silence s’impose. Il pourrait rester coincé des millénaires, que je finis de crier à l’aide. Je suis exactement là m’examinant sur toutes les faces et je crois que je danse, que je jongle avec des balles invisibles, j’aimerai qu’on m’observe mais on n’y verrait encore qu’un hologramme.

 

« Vive celui qui m’abandonne, il me rend à moi-même. »

19:33 Écrit par La Baleine dans Lune | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

exact
exactement
l'exactitude t'as-t-elle perdu?

Écrit par : N | 01/08/2007

Fixer le volatile est ma seconde occupation, la première c'est que je chante avec toi.

Écrit par : Absinthe | 01/08/2007

Les commentaires sont fermés.