28/04/2007

Dans mon appartement

 

 

J’ai la moue

Pleine de rire

Je vends des parachutes

A des hirondelles

Et le paradis

A ces parasites

Qui finiront par se fister en chantant mes sonnets

C’est écrit.

 

Gloire à ton cuir qui me triture

Car avec joie

Je me traîne à tes reins

Le balancement avant la chute me fait du bien

 

Ode à la mourre

Sur tous mes corps

Peu importe le visage

Le reste vagit au fond du vagin

(désolée pour la couleur)

 

Et surtout

J’ai le démon qui jaillit de ma gorge car ma voix prend de l’indépendance

Et on ne peut pas révéler les secrets qui dorment dans ma gueule

12:43 Écrit par La Baleine dans Lune | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

tu me manques

Écrit par : n | 26/06/2008

tellement

Écrit par : n | 30/06/2008

je crois que rien d autre ne compte

Écrit par : n | 15/11/2008

Les commentaires sont fermés.